Changements apportés au fonds pour les habitations du marché des Premières Nations

le 08 mai 2024

Chaque année, le personnel et les fiduciaires du Fonds pour les habitations du marché des Premières Nations (FHMPN) se réunissent pour une séance de planification stratégique afin d’orienter un plan d’activités quinquennal présenté au ministre de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) à des fins d’examen. À la suite de la séance des 16 et 17 avril 2024 à Akwesasne, ce plan met en évidence certains changements intéressants apportés au Fonds, tels qu’ils sont décrits dans le Résumé du plan d’activités 2024-2028.

Historique du Fonds

Pour comprendre la nature du Fonds, il est important de savoir que son mandat découle de l’Accord de Kelowna conclu en 2005. Il s’agissait d’un accord global entre cinq organisations autochtones nationales (OAN) représentant les intérêts des Premières Nations, des Inuits et des Métis, le gouvernement fédéral et les provinces et territoires. Il s’agissait, pour ainsi dire, d’une tentative de « combler l’écart » entre les conditions de vie et les résultats des populations autochtones et non autochtones au Canada au moyen d’une relation de travail.

Bien que l’Accord n’ait pas survécu à un changement de gouvernement et de volonté politique peu après sa signature, la lutte contre la pénurie de logements dans les réserves faisait partie des mécanismes d’investissement prévus dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’infrastructure, des possibilités économiques, de la responsabilisation et de la gestion des relations.

La structure du Fonds fait écho à la nature de l’Accord à deux niveaux fondamentaux. Tout comme l’Accord, il s’agit d’une responsabilité partagée qui mise sur les forces de toutes les parties pour créer un changement positif. Le Fonds est supervisé par un conseil de neuf fiduciaires des Premières Nations, du gouvernement du Canada et du milieu financier, et est géré par la SCHL.

Deuxièmement, il est motivé par l’amélioration des résultats socioéconomiques. Le Fonds appuie et soutient les programmes de logement fondés sur des prêts, et contribue ainsi au bien-être social, au développement économique et à l’amélioration du cadre de vie des collectivités des Premières Nations.

Bien que la restitution aux Premières Nations des affaires qui les concernent ne fût pas le résultat escompté de l’Accord, on peut soutenir que la finalité du Fonds, en tant qu’organisme autonome sans but lucratif, prévoyait un contrôle autonome par les Premières Nations.

Évolution de l’approche du mandat

En début de mandat, le Fonds n’a pas atteint ses objectifs ambitieux en matière de construction de logements. Toutefois, le Fonds a mis en œuvre ses valeurs traditionnelles fondamentales d’amour, d’humilité, de respect, de courage, d’honnêteté, de sagesse et de vérité en s’engageant à apporter des améliorations continues qui servent au mieux les intérêts des collectivités des Premières Nations. L’apprentissage, l’écoute, la recherche d’un soutien éclairé et la priorité absolue accordée aux besoins des collectivités ont entraîné des changements importants.

Dans le cadre de chaque plan quinquennal récent, le Fonds a établi de nouveaux objectifs ambitieux pour accroître considérablement l’accession à la propriété dans les réserves. Le plan d’activités 2024-2028 décrit les progrès du transfert organisationnel et de la transformation, les quatre orientations appuyant le mandat initial et les mesures distinctes appuyant ces objectifs.

Réforme et transformation

Prenant appui sur des décennies de recherches et des propositions des dirigeants et des collectivités des Premières Nations, les fiduciaires et le personnel ont reconnu que les produits et les services offerts par le Fonds devaient évoluer. Pour ce faire, les fiduciaires doivent avoir le pouvoir d’apporter ces changements.

Des travaux stimulants et radicaux en vue d’un changement transformationnel ont commencé en 2021, alors que des efforts considérables ont été déployés pour élaborer l’analyse de rentabilisation du transfert des soins et du contrôle du Fonds aux Premières Nations en 2023. Les réformes proposées visent à donner au Fonds plus d’autonomie par rapport au gouvernement et à améliorer sa capacité de répondre aux besoins des Premières Nations.

Voies d’accès pour les communautés

Les résultats et la planification fondée sur des données probantes sont depuis longtemps au cœur des activités du Fonds. Toutefois, l’apport d’un soutien direct aux propriétaires potentiels des Premières Nations est devenu une priorité essentielle du Fonds. Le nouvel énoncé de vision, intitulé « La prospérité des Premières Nations par l’accession à la propriété », souligne cette nouvelle orientation.

Un investissement important a été fait dans des stratégies de marketing et de communication qui dépassent la simple explication de ce que le Fonds fait pour mobiliser directement les membres de la collectivité. Le nouveau site Web élargit les ressources disponibles, ajoutant des outils pour les détenteurs de droits des Premières Nations afin de renforcer leur capacité d’accéder à la propriété. Le Fonds étend maintenant sa présence sur Facebook, Instagram, LinkedIn et YouTube, où se trouvent les peuples autochtones et les partenaires.

Un porte-parole des membres

À mesure que le Fonds continue de valoriser les relations avec les Premières Nations et les possibilités connexes, il offre une souplesse accrue dans la façon dont les Premières Nations peuvent se mobiliser. Par exemple, les Premières Nations peuvent accéder au produit de renforcement des capacités sans activer le produit d’amélioration des modalités de crédit. Le Fonds préconise également un modèle d’adhésion pour faciliter une mobilisation et une collaboration accrues entre le Fonds et un plus large éventail de Premières Nations.

Stabilité et croissance

Le Fonds continue d’offrir ses produits de base de renforcement des capacités et d’amélioration des modalités de crédit, tout en explorant d’autres voies d’accès à la propriété qui pourraient avoir une incidence importante sur les collectivités des Premières Nations et en communiquant plus directement avec les propriétaires potentiels.

En aménageant une voie permettant aux Premières Nations de mieux se faire entendre et d’investir davantage au moyen d’un modèle d’adhésion, le Fonds continue également de renforcer sa capacité en concluant des ententes de partenariat avec des organisations de même sensibilité. Un leadership résilient et déterminé, appuyé par de solides recherches et des alliances judicieuses, constitue le fondement d’un organisme sans but lucratif autonome dont les collectivités peuvent être fières.

Grâce à une nouvelle approche axée sur les personnes et à des mesures ciblant un contrôle autonome, les membres des Premières Nations sont prêts à se sentir responsables d’une organisation fondée sur la prospérité et le bien-être des Autochtones.